Afin de gonfler les rangs de la contestation qu’ils veulent représenter, la maison Toutânkhomun cherche à investir sur les estudiantins baguettiens.

Un champ de bataille vide

C’est l’avenir de Baguettia, le briquet qui peut enflammer la grange” disait un vieux proverbe Kanarlakien. Maintenant, c’est une priorité pour la maison Toutânkhomun. La mise en place de grandes réformes de la part du roi sur le mode de vie des estudiants permet aux espions Toutânkhomiens de s’introduire dans les universités et temples à travers tout le pays, permettant ainsi à cette maison, ma foi fort absente ces derniers mois, de sortir son écu du placard.

C’est cependant une savante machination de la part de Luc Planchon. En effet, les estudiants ont été quelque peu laissés pour compte par les maisons ; je n’ai vu que peu de représentants du pouvoir et encore moins de représentants Rosaceae.

Les Toutânkhomiens se sont rendus dès à l’aurore dans les universités, et, accompagnés d’une troupe de Moscoutaires, ont cherché à convaincre la jeunesse de s’opposer aux différentes lois et ordonnances que Jupiterio et son conseil veulent mettre en place. Ils affirment que leurs crieurs ont été écoutés par “DES MILLIONS DE PERSONNES dans les regroupements d’estudiants”, bien que je ne sois pas sûr qu’ils savent ce que représente un million de zumains. Ils auraient également contacté toutes les guildes en vue d’une potentielle association.

“Faire du bruit, beaucoup mais pas taper”

Voilà le mot d’ordre donné par David Guirototo et Vaul Pannier, Voix de la maison Toutânkhomun en charge de cette opération. Il faut de l’action, du mouvement, c’est ce dont la maison Toutânkhomun a tant manqué durant les derniers mois et c’est pour celà qu’elle se retrouve aujourd’hui embourbée dans marais de lassitude. En ralliant la jeunesse et en axant la stratégie sur “l’action”, ceux-ci espèrent injecter du sang neuf et un coup de bourre à leur maison.

Des succursales de la maison ont été mises en place un peu partout dans le royaume, créant ainsi des postes de responsables de duché chargés de renforcer leur présence. Ils ont appelé ça des “Noyau d’Union Local”, ou “NUL” pour aller plus vite. Ils espèrent ainsi mieux coordonner les attaques et les mouvements de protestation dans la contrée.

Cependant, Monsieur Guirototo est clair sur un point : il n’est pas question de créer une guilde d’estudiants toutânkhomun. Et pourtant…

“Faut bien quelqu’un pour s’occuper d’eux”, Alexis Corbeau thane n°93

“Plus personne ne les influence ni ne les structure. Ils sont moins organisés que des gobelins qui montent à l’assaut ! C’est pour corriger ça que l’on veut remplir ce rôle de structure ralliante.” On sent en tout cas une forte tension entre certains membres de la Maison Toutânkhomun et les guildes d’estudiants. On verra si leur coopération se fera ou non.