Peu après mon enquête sur les récentes actions de la maison Toutânkhomun, qui ont pour unique objectif d’ “enrôler” les estudiantins, j’ai pu intercepter une missive de la maison Rakshi annonçant le futur projet de Waufrier dans la région Fourme-Quenelle. La raison de ce voyage était l’organisation d’un rassemblement avec les estudiantins de l’un des plus grands temples de Rotteshield des alentours afin de “discuter” de la gouvernance du royaume de Baguettia et des rouages politiques qui en font la contrée qu’elle est aujourd’hui.

Un discours engageant

La raison officielle du voyage avait beau sembler louable, il était facile de deviner que l’objectif inavoué de Waufrier était de réagir au projet de la maison Toutânkhomun de rallier massivement les estudiantins à sa cause.

Bien entendu, le seigneur de la maison Rakshi a usé de son imposante présence et de son charisme pour tenter de convaincre ces jeunes esprits, encore malléables, se trouvant devant lui. Et après on dit que c’est moi le méchant… Il en profita pour critiquer avec ferveur des personnalités  telles que Don Sarko, Herlebald D’Artatin et même son roi Jupiterio.

Ce qu’il ne savait pas, c’était qu’un espion Toutânkhomien se trouvait dans la pièce…

Un piège surprenant

Malheureusement pour le pauvre bougre, Luc Planchon avait comme moi eut ouï-dire de ces machinations et préparé un piège qui se refermait peu à peu sur son adversaire. Plus Waufrier parlait et critiquait, plus la chute serait brutale et soudaine.

Planchon avait payé un espion pour se glisser dans le temple et se faire passer pour un estudiantin et ainsi récolter toute information compromettante qui pourrait lui permettre de porter un coup au seigneur Waufrier. Il fut rapidement récompensé puisqu’un scandale éclata peu après qu’il eut diffusé les propos de son ennemi à travers tout le royaume à l’aide de son fidèle PC. L’information se propagea plus vite qu’un feu de forêt et le mécontentement grandissant se fit ressentir peu après.

Colère et Confession

En apprenant la nouvelle, le seigneur Waufrier vu sa mâchoire toucher le sol de surprise. En aucun cas n’avait-il imaginé que Planchon avait deux coups d’avance sur lui. De plus, l’ampleur du scandale n’était pas insignifiante : non seulement il avait insulté son roi, mais également un ancien seigneur de la maison Rakshi, quelqu’un qui faisait partie de la maison.

Sa première réaction fut d’exploser de rage : il demanda à ses soldats de chercher cet espion et de lui ramener sa tête ! De l’écume sortait de sa bouche et ses yeux étaient injectés de sang. Ce n’est qu’après avoir saccagé toute la pièce dans laquelle il se tenait qu’il retrouva son calme.

Il ne pouvait se laisser emporter par la colère et devait se sauver la face.

C’est peu après qu’il s’adressa à qui voulait l’entendre pour expliquer qu’il ne nie pas ses propos et ne s’excusera pas, sauf à Don Sarko, ancien confrère de maison et prédécesseur au trône de Baguettia.

Résultat de l’affaire : Des désertions chez les Rakshi et de nombreux nouveaux ennemis pour Waufrier.

L’opinion publique est partagée concernant le discours du piégé : certains approuvent son choix d’être ferme et de ne pas chercher d’excuses, mais d’autres ne sont pas de cet avis.

Depuis ce jour, le seigneur reçoit des lettres n’arborant qu’une simple tache d’encre signifiant la menace de mort et certains de ses alliés se mettent à l’éviter.